Sélectionner une page

Nous sommes tous au conditionnel de la vie, car la mort l’ayant devancée sur l’échelle de l’existence, et nous devons donc vivre dans l’espoir de mourir heureux fût-elle à l’impératif!

J’ai perdu la lassitude due à la routine oppressante de toujours faire les choses selon l’attente de gens. C’est pourquoi je suis prêt à faire le guignol, mais pas pour des causes ignobles perdues d’avance. Ma situation a changé j’avance désormais mes arguments, défends mes arrières et j’ai espoir de vaincre l’ennui que les politiciens font peser sur notre société.

« Tout changement implique le changement de soi, car si l’être humain ne change pas lui-même, il ne pourra changer durablement le monde dont il est responsable » Pierre Rabih.

Non je n’attends plus que le bonheur vienne frapper à ma porte et que le Sahara fleurisse sous l’effet d’une quelconque promesse enthousiaste.

S’il est vrai que nous n’avons jamais su élire des politiques qui veulent nous unir, il est donc temps de leur faire savoir que nous saurons les punir à notre tour et les faire souffrir autant de fois qu’ils nous ont ignorés dans les décisions qui nous concernent.

Quelle est la fierté d’un homme politique qui ne peut restreindre sa gloire à celle de la nation tout entière ? Pourquoi s’agitent-ils tous avec une telle passion tandis que nous savons que l’intérêt collectif n’est pas leur priorité ?

Ils sont comme des caméléons qui ne savent que changer de couleurs en s’adaptant à leur environnement, mais qui ne changent rien en réalité. Maintenant s’ils veulent rester au sommet de leur bêtise, qu’ils nous laissent en paix alors car nous avons compris qu’ils n’ont aucun projet pour nous.

Au vu de tout cela, nous, jeunes de ce pays devons sérieusement réfléchir par nous-mêmes pour faire avancer nos projets et trouver nos propres solutions aux problèmes qui nous concernent ; bien sûr en oubliant un peu ces hommes politiques et en arrêtant cette obsession hystérique que tous ces petits médias fondent autour de la politique dans notre pays.

Nous devons maintenant faire des projets socio-économiques à notre taille. Avec la patience et l’abnégation, nous pourrons nous en sortir mieux avec le peu de moyens qu’on a, au lieu de continuer à nous enfermer dans cette nasse de politiciens aveuglés par le pouvoir. On peut par exemple faire des groupes de jeunes entrepreneurs, les débuts ne seront certes pas faciles, mais avec le courage et la patience nous arriverons à nos fins heureuses. Il est et sera certes question d’argent, donc de fond, mais d’abord c’est notre union qui fera notre force. On peut se faire aider par des ONG ou associations sur place et même à l’international, les frontières sont si petites maintenant. La patience doit être notre première ressource, mais pas d’immobilisme.

Si mon message tombe dans des oreilles heureuses tant mieux. Mais si, au contraire, personne ne supporte ce que je propose alors je me joins à la communauté pour améliorer le dossier.